Introduction Dissertation Sur La Famille

III) Evolution globale de la famille.

Nous avons essayé de simplifier l’évolution globale de la famille sous différentes périodes en précisant   pour chacune d’entre elles la structure et la composition de la famille :

                               Avant les années 1950 :la famille était composée des deux parents, et des enfants souvent nombreux (puisque la contraception était presque inexistante, que l’avortement était illégale jusqu’à la « loi Veil », en 1975). Les couples se mariaient tôt et ne divorçaient que très rarement. La femme ne travaillait pas, elle restait à la maison, et c’était le mari qui détenait l’autorité (on parle alors d’autorité paternelle), qui rapportait à la famille de quoi se nourrir en travaillant soit à l’usine, soit dans la ferme familiale. Au XIXème siècle, les enfants étaient peu instruits puisqu’ils n’aillaient pas à l’école mais  travaillaient, souvent au même titre que leur père.

                                Entre les années 1950 et 1980 : le model familial évolue ; La famille n’est plus nécessairement composée des deux parents et des enfants, mais les divorces commencent à être de plus en plus courants et les familles monoparentales aussi. La femme prend de plus en plus d’importance, d’autonomie au sein du foyer, elle travaille depuis la seconde guerre mondiale, et revendique son égalité face aux hommes. L’autorité paternelle est remise en cause. Les enfants commencent à prendre de plus en plus d’importance dans la famille. Les loi sont remises en cause et évoluent au même titre que la famille.

                               Depuis les années 1980 : la famille ne cesse d’évoluer ; les divorces et remariages sont aussi courants que les mariages traditionnels. Trois types de model familiaux sont présents : la famille dite traditionnelle, la famille monoparentale, et la famille recomposée. La femme possède au même titre que l’homme l’autorité sur ses enfants. Les loi continuent a évoluer en même temps que les mœurs : créations, par exemple, du PACS en 1999.

                        Les familles d'aujourd'hui: la famille des années 2000 se forme plus tard — l'âge moyen des mères au premier enfant frôle désormais les 30 ans —, elle compte de plus en plus souvent un ou deux enfant (s), mais le désir d'enfant demeure encore très fort. En France, plus de 80 % des femmes âgées de 25 à 49 ans travaillent. Le mariage des couples se fait de plus en plus rare et ce en opposition aux divorces. De plus, on assiste à une multiplication des PACS et des unions libres. De nombreux enfants naissent hors mariage. Bien que cette évolution semble stagner depuis ces 5 dernières années, la famille est sans cesse en évolution, de même que le moeurs et les nombreuses lois qui encadrent la famille.

 

Droit de la famille 

Introduction 

On dit que le droit de la famille est le « droit de la vie » : c’est en effet le droit de la naissance, de l’enfance, des parents, des grands-parents, des séparations. Au premier abord, les termes de « droit » et de « famille » peuvent sembler opposés : le droit invoque la contrainte organisée, alors que la famille, en principe, évoque plutôt un cerclehumain privilégié dans lequel domine la solidarité, l’affection… Souvent, les familles sont heureuses et le droit y est accessoire. Mais lorsqu’il y a mésentente ou conflit, le droit intervient pour trancher et protéger les plus faibles. 

Le droit de la famille constitue plus que cela : on dit qu’il est un instrument de cohésion sociale, parce-que la famille est un maillon central de la société.L’article 16 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 le proclame : « la famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat ». 

Cette protection est le reflet d’une culture et d’une morale qui diffèrent selon les pays : en France, certains comportements sont interdits alors qu’ils sont autorisés dans d’autres pays.C’est le cas par exemple de la bigamie, de l’inceste, de la répudiation (divorce issu d’une volonté unilatérale). Le droit de la famille pose des bases qu’il s’agit de respecter, des critères qui peuvent évoluer avec les mœurs. 

1. La définition du droit de la famille 

Ce droit donne un statut à la famille : il gouverne d’une part les relations extrapatrimoniales (devoir de fidélité, communautéde vie…) et d’autre part les relations d’ordre patrimonial : autrement dit, le droit de la famille est constitué par l’ensemble des règles d’ordre patrimonial et extrapatrimonial régissant les rapports de famille. 

a) Le concept de famille 

La difficulté tient au mot « famille ». En effet, celui-ci vient du mot latin familia, qui signifiait à l’origine le patrimoine : l’ensemble des biens etdes esclaves. La signification du mot a évolué par la suite puisqu’il désignait toutes les personnes placées sous la puissance d’un seul individu, le pater familias, soit les personnes placées sous son autorité : femme, enfants, esclaves. Le mot famille est aujourd’hui plutôt placé sous l’égide de l’égalité : égalité entre les enfants, entre les époux. Pour autant, nous n’avons aucune définitionlégale de la famille. 

Pour les sociologues, la famille existe dans toutes les sociétés : ils ont constaté qu’elle a évolué et que le lien familial reste toujours fort, même si on a assisté à une diversification du groupe familial. D’où l’ambigüité du mot « famille » : il n’existe pas de modèle unique. Les sociologues ont, pour lui donner une définition, distingué deux types de familles : d’unepart la famille au sens des personnes liées par le sang, qu’on appelle « parenté » et à laquelle viennent s’ajouter les « alliés », la belle famille (un concept essentiellement développé par Lévi-Strauss) ; et d’autre part le groupe de personnes qui vivent ensemble dans le même foyer et qu’on appelle « groupe domestique ». En somme, la famille serait un groupe naturel liant des individus liés parle sang ou unis par une communauté de vie. 

L’approche juridique est issue de la doctrine, qui a repris les idées de la sociologie : pour les juristes, il existe deux cercles : l’ensemble des personnes unies par le mariage ou la filiation ainsi que la parenté et l’alliance, et l’ensemble des personnes vivant sous le même toit, le cercle conjugal. 

b) La composition de la famille 

Lesliens de parenté, ou les liens du sang : 

Parenté en ligne directe : 

C’est la ligne formée par les personnes qui descendent les unes des autres : elle est verticale, ascendante ou descendante, paternelle ou maternelle (ascendante: père, grand père) et (descendante : grand-père, père)

Parenté collatérale : 

C’est le lien qui unit les personnes qui ont un auteur commun : la ligne...

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *